Délétions de l’ADN mitochondrial et neuro-dégénéresce dans la sclérose en plaques

Publié le par elemina.over-blog.com

Délétions de l’ADN mitochondrial et neuro-dégénérescence dans la sclérose en plaques

Par David Laplaud (CHU de Nantes) Article commenté : Mitochondrial DNA deletions and neurodegeneration in Multiple Sclerosis Campbell GR, Ziabreva I, Reeve AK et al. Ann Neurol, 2011 ;69 :481-492.

►Retrouvez l’abstract en ligne

 

L’atteinte neuronale dans la sclérose en plaques est largement connue et démontrée sur le plan anatomopathologique depuis de nombreuses années. Cependant, les mécanismes conduisant à la perte neuronale restent mal connus. On sait qu’il existe une corrélation entre l’inflammation aiguë et la transection axonale (travaux de B. Trapp). Cependant, l’atteinte neuronale au niveau du cortex ou sous-corticale reste à explorer. De nombreux travaux ont par ailleurs montré que l’atteinte des mitochondries, fournisseurs d’énergie à la cellule via la chaîne respiratoire, était impliquée dans les processus de perte neuronale dans la SEP. Dans cet article, les auteurs ont analysé l’atteinte mitochondriale au niveau des neurones corticaux et sous-corticaux de 98 blocs de tissu cérébral issus de 13 patients ayant une forme secondairement progressive de SEP, et les ont comparés à 76 blocs issus de contrôles sains, par différentes techniques. Ils démontrent dans ce travail que les neurones ayant une chaîne respiratoire déficiente sont beaucoup plus nombreux chez les patients par rapport aux contrôles. Cette atteinte de la chaîne respiratoire semble due à des délétions multiples de l’ADN mitochondrial, ce qui peut être induit par une inflammation chronique. La répartition de ces neurones ayant une chaîne respiratoire déficiente est diffuse, présente sur toutes les régions étudiées, de façon indépendante de l’inflammation sous-jacente. Cela suggère que l’atteinte mitochondriale dans les neurones pourrait être un élément déterminant de l’atteinte « neuro-dégénérative » de la SEP. La protection des mitochondries au cours de la phase secondairement progressive pourrait dans l’avenir être une nouvelle voie thérapeutique pour ces patients. Date de publication : 27-04-2011

Publié dans SEP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article